Du secret de l'instruction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Du secret de l'instruction

Message par greenshop le Sam 22 Mar - 22:54

D'accord avec toi. C'est ce qui devrait être.

Le secret bancaire est tombé. 

Alors, certains doivent se frotter les mains.
1. Connaître les turpitudes de ces "salauds de politiciens" (non avérées)
2. Connaître le montant des comptes bancaires de ces "salauds de riches"

Même combat pour le "secret professionnel" des avocats, des médecins… ben quoi… ça viendra, non ?

Alors, question :
Puisque les secrets de l'instruction et bancaire sont tombés, je suppose que ceux qui s'en frottent les mains seront contents de :
1. Etre jetés en pâture, en cas d'écart. Oups' il est vrai qu'ils ne sont pas populaires, donc, "inintéressants". Et puis, ils n'ont rien à se reprocher. Pour le moment.
2. Connaître le montant du compte bancaire de leurs voisins ET INVERSEMENT. Ben oui, il y a un revers à la médaille.

greenshop

Messages : 1731
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 60
Localisation : De ci, de là

Voir le profil de l'utilisateur http://chroniquesenlignes.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Du secret de l'instruction

Message par Admin le Ven 21 Mar - 12:27

http://www.blog4ever.com/gestion/articles/composer/10641169

J'ai du mal à m'y retrouver.
 
Je crois que, au départ, le secret de l'instruction signifie que tout ce qu'il se passe à propos d'une instruction en cours ne doit pas sortir du cercle de ceux qui y travaillent au sein de la Justice.
A partir du moment où un juge donne des informations, dans le cadre des procédures, à des personnes concernées, lesdites personnes peuvent en faire état à qui et où bon leur semble.
 
J'entends dire que les journalistes ne sont pas assujettis au secret de l'instruction: bien sûr, pas plus que moi-même, à partir du moment où on leur délivre des informations. Ce sont ceux qui , appartenant à la Justice, transmettent des informations, qui trahissent le secret de l'instruction.
 
Après on dit que les violations du secret de l'instruction empêchent l'enterrement des affaires. Mais que se passe-t-il quand on ne parle pas d'une affaire avant que soit prononcé un non-lieu ou une mise en accusation? Ben la Justice poursuit son cours, et un jour tombe le non-lieu, ou la mise en accusation et le procès. Et à ce moment là il n'est pas interdit à la presse de s'en emparer.
 
Mais quand la presse médiatise des affaires en cours d'instruction,  d'une part elle entérine l'infraction commise par la personne qui du sein de la Justice lui a donné des informations. D'autre part elle permet d'en débattre en parallèle au cours de la Justice, et de condamner les personnes concernées, parfois de les lyncher, en total irrespect des droits et capacités à se défendre par les personnes concernées, surtout quand elle enfourche des chevaux particulièrement populistes. CA FAIT VENDRE DU PAPIER, et peu importe la vérité. Ca peut aussi jouer dans un débat électoral, en mépris total de ce qu'il adviendra du dossier en Justice. Et elle- la presse- consacre toujours infiniment moins d'espace à parler, quand la Justice rend ses jugements, d'un non-lieu, qu'elle n'en a consacré à faire des gorge-chaudes.
 
En fait j'aurais dû intituler cet article "De la Justice et des médias", tant ils me semblent souvent avoir le sentiment de n'exister chacun que par l'autre. Et qu'en est-il de la séparation des pouvoirs chère à Montesquieu? Vaste question totalement d'actualité?
 
Et en fin il reste que je me sens très pot de terre face à ces deux pots de fer. Et ça me donne de fortes envies de révolution. Avec  décollations.

Admin
Admin

Messages : 849
Date d'inscription : 06/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://pourquoipas.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum